contact@malkidist-dev.com +243 896620136
opacite-sur-la-gestion-des-fonds-alloues-aux-ixemes-jeux-de-la-francophonie--l-odep-appelle-les-institutions-superieures-de-controle-a-eclairer-l-opinion-publique.html

Opacité sur la gestion des fonds alloués aux IXemes Jeux de la Francophonie : l'ODEP appelle les institutions supérieures de contrôle à éclairer l'opi

La Cour constitutionnelle de République Démocratique du Congo s’était réunie jeudi 26 octobre 2023 pour examiner les contentieux relatifs aux candidatures à l'élection présidentielle de décembre prochain. Elle avait entamé l'examen de douze affaires lors d'une audience publique le 27 octobre, avant de rendre ses arrêts lundi 30 octobre. La Cour a notamment déclaré recevables mais non fondées les requêtes de Seth Kikuni et de Noel Tshiani, qui visaient respectivement l’invalidation de candidatures de Félix Tshisekedi et de Moise Katumbi. Relire : RDC : La requête de Noël Tshiani contre la candidature de Moïse Katumbi déclarée recevable mais non fondée La requête de Seth Kikuni contre la candidature de Félix Tshisekedi déclarée recevable mais non fondée Depuis, les réactions fusent de partout. Du côté de la nouvelle société civile congolaise (NSCC), Jonas Tshiombela, président de ladite structure, fait savoir que la Cour constitutionnelle a joué à l’apaisement et à la recherche de l’inclusivité. L’une des conséquences de cet arrêt de la Cour, c’est qu’il y a désormais la possibilité d’avoir tous les 24 candidats en lice le 20 décembre prochain. Pour M. Tshiombela « cela prouve déjà l’inclusivité et aux seuls Congolais de décider … à qui remettre le destin du pays en main ». Rappelons que les arrêts de la Cour sont venus mettre fin aux contentieux électoraux concernant l'élection présidentielle.

« La Cour constitutionnelle étant une instance qui statue en premier et dernier ressort dans notre pays, vient là d’administrer à l’opinion tant nationale qu’internationale qu’elle demeure indépendante contrairement à tout ce qu’il y avait eu comme bruit au niveau de l’opinion. Elle a joué à l’apaisement, à la recherche de l’inclusivité qui a fait défaut pendant un moment donné. Elle a ramené tout le monde au consensus pour montrer qu’elle est l’autorité qui statue en dernier. Partant de cette idée, tous les acteurs qui seront en compétition électorale doivent maintenant jouer aux règles du jeu afin que les élections soient inclusives et apaisées. De la même manière qu’on a accepté qu’on entre en compétition, qu’on accepte également lorsque la Cour constitutionnelle va statuer sur le résultat et que tout le monde soit conséquent que c’est la dernière instance qui s’est décidée », a-t-il dit à ACTUALITE.CD.